network.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Les «perturbations», les internautes maliens y sont habitués. Parfois annoncées, parfois excusées, mais toujours subies.

«On est au Mali» rétorquera-t-on au grin à celui qui aura osé souffler son agacement. «Tu as essayé l'offre du concurrent ? Ça marche super bien». En effet, comme une partie de ping-pong, Orange-Mali et Malitel se renvoient la politesse ; Orange fait une promo ? Tout le monde achète la puce et l'équipement jusqu'à saturation quelques semaines plus tard… Malitel lance un nouveau service ? Hop tout le monde passe chez Malitel.

Voilà à quoi les internautes maliens sont réduits ; courrir après des «promo», des «bonus» comme des moutons derrière une branche bien feuillue ; et nous en sommes fiers! Regardez-nous nous précipiter chez le zerin-tigi à chaque promo, nous passer l'information comme celle de la découverte d'une carrière d'or, «Liker» et commenter sur le Facebook de l'opérateur pour gagner de misérables places de cinéma…

Un auteur a dit un jour, «le bonheur, parfois, c'est de ne pas savoir» et nous ne savons pas. Nous sommes heureux, reconnaissant envers nos opérateurs bien-aimés qui sont si altruistes qu'ils sponsorisent des loisirs avec leur fondation !

Nous ne savons pas que la situation de l'Internet au Mali est catastrophique. C'est en effet le constat que fait un groupe d'entrepreneurs des TIC à l'origine d'une campagne de sensibilisation nommée #Mali100Méga et dont le but est une amélioration drastique du débit et du tarif des connexions fixe.

L'information, elle est là, disponible, éblouissante, sur ce bien-nommée www.100mega.ml.

D'après ce site, Malitel est hors-jeu dans l'internet fixe avec 4% de part de marché. Comment est-ce possible alors que la bataille sur le mobile fait rage ? La qualité du service apparemment.

Orange, seul en course s'arroge les privilèges du monopole de fait et se paie le luxe de ne pas augmenter son débit maximum (un ridicule 384Kbps) depuis… 2009 ! Michael Jackson était encore vivant, Geroge W. Bush n'avait pas encore passé la main à Obama…

Enfin, dernière composante et pas des moindres, la très officielle Autorité Malienne de Régulation des Télécommunications et des Postes (AMRTP), dirigée par Dr Choguel Kokala Maïga depuis 2008, chargée de réguler le secteur (c'est elle qui approuve tous les tarifs mobiles et internet) n'a strictement rien fait pour altérer cette situation de «monopole confortable».

Voilà, vous savez tout, l'internet au Mali est enlisé dans la boue et pas un âne à l'horizon pour nous en sortir.

Bon, je vous ai menti. Vous ne savez pas tout (mais c'est parce que vous n'êtes pas allé visiter le lien). Le pire reste à venir.

Oui, notre situation est bloquée, mais celle des autres ne l'est pas. Le Sénégal ? Au trot. La Mauritanie ? Au galop. L'Algérie ? En avion. Et la liste continue.

Pendant que la majorité de nos voisins profitent de débits entre 1M et 20M, les pays développés se tournent vers le 100M et le 1GB car les études économiques ont montré que c'est un outil de croissance.

Le site nous apprend encore que le ministère de la communication, des TIC et des postes (MENIC), dirigé par, tiens donc, Dr Choguel Kokala Maïga, ambitionne de faire de Bamako un «hub sous-régional de l'innovation et des TIC».
Monsieur Maïga, quel entrepreneur TIC va quitter le Maroc où l'on trouve du 20Méga pour 30 000F/mois pour venir à Bamako payer du 384K (soit 40 fois moins !) pour 36 000F/mois ?

Internautes du Mali, votre serviteur est interpelé par ces informations et vous laisse le soin d'imaginer les cause d'une telle situation.

Orange-Mali, principale cible, est restée muette depuis le début de cette campagne #Mali100Méga il y a une semaine. Pourtant, le ton monte, les rangs au début dispersés commencent à se ranger, les intervenants se faisant plus nombreux, les journalistes relayant l'information.

Orange-Mali, «opérateur global de télécommunications» saura-t-il reconnaitre le rôle déterminant des internautes dans notre société aujourd'hui ? Le gouvernement saura-t-il désamorcer un nouveau scandale ?

Pour le savoir, faîtes comme moi, relayez l'information et faisons-nous nous-mêmes entrer dans le monde d'aujourd'hui !

#Mali100Méga 

 www.100mega.ml